Actualités mutations

Consulter les actualités mutations


Pour un mouvement national rénové
Le SNEP-FSU à vos côtés !

Le gouvernement a remis en cause, au travers de la loi dite « de transformation de la Fonction publique », le rôle et la place des élu·es pour ce qui concerne tous les actes de gestion des personnels. Ainsi, le pouvoir a décidé de placer les actes de gestion dans un rapport direct entre le demandeur de mutation et l’administration. Les élu·es ne sont plus destinataires des documents concernant l’ensemble des demandeurs, ils et elles ne sont pas invité·es à siéger tant en groupe de travail qu’au sein des instances (CAP et FPM). Cette décision est scandaleuse car elle prive les personnels du droit de regard des élu·es sur les projets de l’administration. C’est donc l’opacité qui s’organise, mais nous serons toujours à vos côtés pour vous conseiller et aider dans cette nouvelle configuration.
C’est pourquoi, cette année, plus que jamais, nous vous invitons à participer aux stages et réunions organisés partout sur le territoire durant la période de formulation de vos vœux, à contacter vos élu·es au niveau académique pour disposer de l’ensemble des informations pour formuler une demande éclairée.
Les élu·es ne pouvant plus intervenir dans les instances comme précédemment, il vous faudra, pour nous permettre de continuer à accompagner votre demande, nous adresser la fiche de suivi présente dans ce bulletin et d’y joindre une copie intégrale de votre confirmation de demande accompagnée de l’ensemble des pièces justificatives. Il s’agira également de nous donner mandat pour pouvoir vous accompagner et porter vos demandes auprès de l’administration.
Les lignes directrices de gestion mobilités (LDG) de 2022 engagent de nouvelles dégradations en imposant un nouveau dispositif de recrutement national sur poste à profil (POP) à l’image du mouvement ÉCLAIR de 2011 qui s’est avéré être un fiasco. C’est d’autre part l’apparition d’une nouvelle bonification pour les établissements classés en contrat local d’accompagnement alors que c’est un dispositif expérimental mis en place dans trois académies à cette rentrée. C’est la suppression des bonifications pour « parent isolé » qui pénalisera largement les femmes alors que le ministère se gargarise de son engagement pour l’égalité femme/homme mais aussi celle concernant les sportifs et sportives de haut niveau alors que se profilent les JOP de Paris 2024, là aussi sûrement la marque d’un soutien de la nation pour celles et ceux qui représentent la France dans les compétitions internationales. Ces nouvelles dégradations sont prises dans un contexte de suppressions de postes qui minent la qualité du service public, nos conditions de travail et bien évidemment les possibilités de mutations.
Le SNEP-FSU et ses élu·es continueront à porter les revendications de la profession pour le droit à mutation pour tous, à contester l’attaque contre le paritarisme vous privant du droit à être représenté·es par les élu·es que vous avez choisi·es et pour obtenir de nouvelles améliorations permettant de sortir enfin du système de mutation à l’aveugle. La bataille pour l’emploi et les créations de postes est toujours aussi déterminante. La politique actuelle d’imposition de deux HSA, d’emploi de non-titulaires amène une diminution du nombre de postes ouverts aux concours et donc une baisse des possibilités de mutations. Le projet de loi de Finances 2022 prévoit à nouveau une baisse globale des recrutements de second degré, alors que nous estimons un besoin à 1 500 postes EPS par an sur cinq ans, pour assurer l’effectivité du service public.
Comme toujours, vous pouvez compter sur l’ensemble des commissaires paritaires et militant·es du SNEP-FSU pour vous aider et vous assister dans votre demande de mutation et sur leur engagement à faire respecter vos droits dans le respect de l’intérêt général.